» Senior ? Connecté ou pas ?

Senior ? Connecté ou pas ?

A présent, les seniors ont considérablement changé la donne en ce qui concerne la demande et l’offre en ce qui concerne la connectivité virtuelle. En effet, une grande partie de la population vieillissante aspire à apprendre et maîtriser ce domaine. Malgré cette demande, les seniors restent tout de même la tranche de la population qui est la moins intégrée dans le monde du virtuel. Un pourcentage de 22 % représente une catégorie de personnes dites « older » aux Etats-Unis. En somme, près de 8 seniors sur 10 ne sont donc pas connectés.

 

 

Les e-seniors en France

Dans l’Hexagone, le pourcentage de seniors connectés est de l’ordre de seulement 17 %. C’est un phénomène qui pousse les autorités compétentes à prendre des initiatives telles que le plan « internet pour tous » et le plan « grand débutant » à l’endroit de ces seniors désireux de maîtriser internet plus rapidement. Ces moyens sont mis en œuvre avec la collaboration de la Commission européenne qui aspire à voir une société vieillissante qui sera tout de même bien connecté en ce temps où l’information va à cent à l’heure. De cette façon, ces seniors pourront bénéficier de cette société d’information autant que les jeunes connectés naturellement en ce moment.

Les TICs non-prioritaires dans les dépenses

Une des premières raisons qui décourage les seniors quant à l’utilisation d’internet est l’exclusion pécuniaire. Autrement dit, les priorités des moyens financiers des seniors et des plus jeunes sont radicalement opposées. En effet, on peut constater dans un foyer donné, si l’âge du chef de famille est élevé, moins cette famille priorisera la connectivité virtuelle. Le degré d’instruction de la famille interfère largement aussi dans cette situation. Plus elle a une certaine éducation, plus une famille sera disposé à priorisé l’ordinateur et l’internet à domicile.

L’utilisation des TIC est donc conditionnée par des valeurs, des moyens et surtout par l’âge. Ce qui explique que beaucoup de personnes âgées sont un peu plus réticentes quant à l’intégration de ces technologies d’information et de la communication dans leurs quotidiens. Malgré cette réticence, on constate tout de même une tranche de personnes vieillissante qui s’adaptent plus facilement à l’exploitation de ces TIC du fait qu’ils sont entourés de famille dont la majorité est composée en majorité de jeune entre 10 et 25 ans, qui eux sont plus disposés à encourager leurs parents à recourir à internet. C’est de cette manière que le nombre de « e-exclus » diminue considérablement depuis ces dix dernières années.

Par exemple, les emplois seniors représentent 48 % de la population active contre 26 % il y a dix ans. En Suède, c’est de l’ordre de 73 % entre 55 et 64 ans, en Allemagne, le pays compte plus de 20 millions de personnes en préretraite. Face à cette situation, ces pays incitent les sociétés à recruter activement les seniors. Pour le cas de la grande Bretagne, les chiffres affichent 71 % des seniors qui sont encore bien actif.