» Alzheimer en EHPAD

Alzheimer en EHPAD

En 2013, 3 millions de français  sont indirectement  ou directement touchés par Alzheimer. En France, on recense 850 000 malades et plus de 225 000 nouveaux cas sont détectés chaque année.
Pour ces malades bien souvent placés en EHPAD par leur famille, le quotidien est de plus en plus difficile. C’est le cas de Michel, rongé par ce mal depuis plus de 4 ans. En EHPAD il est lavé, nourri et blanchi mais est-ce suffisant ? Sa fille témoigne.

Pendant plusieurs années, 24h sur 24 et 7 jours sur 7, ma mère s’est occupée de mon  père et de sa maladie. L’épuisement physique  qui en a découlé mettant la vie de ma mère en danger, il a fallu se résoudre à un placement  en EHPAD privé, un placement qui faute de place nous n’avons pas choisi.

Il y a quelques semaines, en arrivant à l’EHPAD où vit aujourd’hui mon père, je l’ai trouvé somnolant et assis très inconfortablement sur une chaise de la salle à manger, la tête basculée en arrière. Sa bouche était très sale et ses lunettes maculées de taches probablement alimentaires. À côté de lui, une soignante écrivait dans son carnet de transmission. Quand je l’ai embrassé il s’est réveillé et j’en ai profité pour l’emmener dans sa chambre où je l’ai lavé et installé sur son lit. Il m’a gratifié d’un grand sourire.

Est-ce que les soignants ne devraient pas apprendre à veiller à la dignité des personnes dont ils s’occupent ?À les considérer dans leur ensemble et pas seulement d’intervenir pour changer les pansements et les nourrir ? Je sais que le personnel n’est pas à blâmer, il manque cruellement d’effectif et le travail est très lourd.

La faute à un manque de formation :

Le manque de formation, le turn-over entre les patients et la fatigue n’arrange pas les choses. D’autant pus que beaucoup de soignants n’ont pas choisi de s’occuper de personnes âgées. Pour la prise en charge de malades d’Alzheimer ils sont donc souvent peu formés et peu motivés.

Un jour ma mère avait retrouvé mon père au sol dans sa chambre. Il était tombé et était incapable de se relever seul. Combien de temps était-il resté ainsi ? Furieuse, ma mère avait alors fait appel au personnel pour s’entendre dire : «  il va falloir vous habituer à le trouver par terre ! ». On constate alors que les personnes, atteintes d’Alzheimer ou pas et qui commencent à chuter ne sont pas encouragée à marcher. Le personnel préfère bien souvent utiliser le fauteuil roulant et en finir définitivement avec la marche.

Il en est de même pour l’hygiène. Un malade maladroit au toilette, qui salira fréquemment ses vêtements se verra aussitôt affublé de couches. Là encore il faut épargner du travail au personnel !

La mission des EHPAD : assurer le plus longtemps l’autonomie

Tout doit être mis en œuvre pour préserver l’autonomie des personnes et ce le plus longtemps possible. Après leur entrée en EHPAD, ils doivent être accompagné par de petits gestes simples du quotidien : s’habiller, se coiffer, se promener… Dans certains EHPAD cela se fait très bien. On propose même aux malades de balayer, d’éplucher des légumes ou encore d’essuyer la vaisselle. D'autres encore proposent des activités ludiques : spectacles, ateliers ...

Témoigner sur le quotidien de mon père est un bon exutoire. Heureusement ce genre de témoignages permet aussi de faire ressortir des points positifs comme les gestes d’attention entre malades ou entre personnel et malade qui sont touchants et parfois même drôles.

alzheimer en EHPAD

Association France Alzheimer