» Des chercheurs américains mettent au point un immunosuppresseur pour combattre l’obésité des seniors

Des chercheurs américains mettent au point un immunosuppresseur pour combattre l’obésité des seniors

L’obésité des personnes âgées est une triste réalité. Ce problème pourrait être bientôt résolu avec ce nouveau médicament mis au point par des chercheurs américains. Il s’agit d’un immunosuppresseur utilisé pour la prévention de rejet des greffons.

 

 

Avec l’âge, l’on a tendance à prendre du poids. Ce problème touche surtout les personnes âgées. En effet, mauvaise alimentation, isolement, manque d’activité sportive…sont quelques causes de leur surpoids. Dans le monde, des millions de seniors souffrent d’obésité et cela n’est pas fait pour arranger leur santé déjà fragile. Afin de remédier à ce problème, des chercheurs américains de l’Université de Floride viennent de faire une excellente découverte. En effet, la rapamycine, un médicament utilisé pour prévenir le rejet de greffons serait efficace pour combattre l’obésité.

Cet immunosuppresseur qui a été testé sur des rongeurs permettrait de réduire de 13% la masse graisseuse ainsi que l’appétit. Ce médicament a permis de stabiliser le niveau de production de leptine chez ces animaux. Les tests ont été réalisés aussi bien sur les jeunes que des vieux rats. Pour l’un des éminents chercheurs ayant participé à cette étude, le professeur Carter, "dans certains des cas observés, c'est comme si nous leur avions restauré leur poids de jeunesse".

Leur étude a été publiée dans la revue Journal of Gerontology. Cependant, il ne faudrait pas vite crier victoire. Car pour que ce médicament soit efficace, les scientifiques soulignent qu’il faut d’abord, trouver la bonne dose. Parce que si celle-ci est faible, cela ne pourrait non seulement pas agir efficacement sur la masse graisseuse, mais pourrait entraîner une augmentation du taux de glucose dans le sang.

Par ailleurs, des essais cliniques sur des êtres humains n’ont pas encore lieu. On ne sait donc pas encore si le médicament pourrait avoir les mêmes résultats sur l’homme. Mais, si ces tests étaient concluants, cela devrait être une véritable avancée dans la lutte contre l’obésité.